La Route chouchoute les animateurs

Tags

Éminent Linguiste

Posté par cariacou, le 29 juin 2015 à 17h52

Je suis une Légende

Retourner le temps d'une après-midi dans le peau d'un éclaireur - enthousiaste, fou-fou, qui se laisse aller, moqueur, débordant d'énergie, ultra motivé - paré de mon uniforme au grand complet, fier de ne pas avoir oublié mon canif et mon carnet, mais aussi mon morse, le papier des bois à consummer, mes plus beaux écussons, lunettes de soleil sur le nez, soleil brillant de mille feux dans mon dos comme dans une arrivée mythique : oui, j'ai pensé un court instant "Je suis une Légende"... En fait c'était plutôt Je suis un scout, ce qui était finalement beaucoup plus exitant et 1000 fois mieux !

Le soleil à son zénith nous nous sommes rassemblés à notre chère salle St Louis selon les recommandations de nos chefs du jour. 7, nous étions 7 à avoir accepté de relever le défi qu'on nous lançait. Car dans le message reçu, il n'y avait guère de doute que nous devrions nous surpasser et faire montre de nos qualités scoutes pour parvenir à remplir notre mission en bonne et due forme.
Ainsi mumak le roublard avec son nouveau canif très très aiguisé était de la partie : il était prêt à tout pour porter haut les couleurs de la meute. Celles-ci pouvaient aussi compter sur Manx, l'habile philosophe venue reposer ses méninges - pensait-elle! - lors de ce qu'elle imaginait comme une petite partie de plaisir. Burunduk enfin avec sa chemise d'animatrice guide était bien là pour montrer que même aux louveteaux on savait quelques techniques scoutes.
Du côté des baladins, Brumby, la jument, devait porter seule sur ses épaules l'honneur de la ribambelle. A défaut d'avoir trouvé un mot ou solutionné une énigme, elle aura au moins bien profité des (pains)saucisses.
A la troupe, les 3 mousquetaires étaient aux avant-postes : Toco a réussi à faire semblant qu'elle n'était au courant de rien, que Tangara ne lui avait rien raconté à l'avance... au moins au début. Après, lorsqu'elle a commencé à "mystérieusement" trouver chacun des mots, nul doute que son homme voulait la faire gagner. Quant à Harfang, le soleil tapait peut-être un peu fort mais nous avons ainsi pu atteindre pour un court mais sublime instant les tréfonds des mécanismes cognitifs et réflexifs de la belle blonde : tout ce qu'on peut faire avec "PIERRES". Le troisième enfin n'était autre que votre serviteur qui a eu beaucoup plus dur à calmer les imaginations délirantes de ses comparses plutôt que de déchiffrer les énigmes.
Ca c'est pour les présentations. Du côté routiers, soulignons que Maki était là avec son fidèle compagnon Oryx. Tarpan était également présente. Daim aussi avec Suni. Zubida était chargée d'apporter (non pas de la bouffe ou de l'eau) mais un fameux coup de jeune parmi ce groupe, Tangara enfin fermait la marche de la route.

Nous

Pains-Saucisses, moutarde, quelques prouts (ah oui, je vous l'avais pas dit ?), de fameux potins et pas mal de rigolade ont permis de débuter cette belle journée.
C'est lorsqu'il a fallu commencer à ranger les tables (sortie à l'occasion) que nous avons délibéremment décidé de faire comme si on n'avait pas vu qu'une enveloppe trainait sur l'une d'elles. Ainsi, preuve que les scouts n'ont rien inventé, nous aussi nous avons attiré l'ire de nos animateurs du jour en faisant preuve d'une surprenante naïveté.
Qu'à cela ne tienne, ça ne nous a pas empêché de partir à l'assaut de nos épreuves le coeur plein d'entrain, le sourire aux lèvres avec l'assurance que ça ne pourrait que bien se passer. C'était sans compter l'intelligence maladive et sournoise de nos amis.

Pour atteindre le Nirvana, il fallait suivre une piste mystérieuse qui nous emmena dans tout Rosée (même que parfois on est passés plusieurs fois par le même chemin et les mêmes endroits, histoire que tout le monde connaisse dorénavant Rosée et puisse, par exemple, situer son cimetière).
Premier arrêt, traditionnel, à la fontaine près de Mumakchou. L'eau était bonne et fraiche. La table était en bois. Et en-dessous, une enveloppe était toute de papier. L'indice suivant était un peu plus corsé et a demandé que nos neurones associent rapidement "Routiers" "Terrier" : ni une ni deux ni trois (de toute façon l'expression ne veut rien dire), nous sommes partis jusque chez Blaireau. Et là, oui oui c'est là, que les ennuis ont commencé. "Pierres" il était écrit (en morse, mais ça, c'était de la rigolade pour des as comme nous) ... il n'a pas fallu longtemps pour que l'on regarde dans les tas de pierres aux alentours : mais rien. Rien de rien hormis des pierres, des gravats, des cailloux, de la roche et des rochers, de la caillasse, du roc, quelques touffes d'herbe, des pierrailles et des graviers. Du minéral, du minéral et encore du minéral. En panne sèche devant cette inextricable situation, comme je le disais, nous avons cédé à la pression, craqué comme frappés d'abrutissement soudain (enfin plus que d'habitude).
"Pierres" attention pas "Pierre" c'est tout à fait différent ! Pas "caillou" non plus. A partir de ce maigre indice il fallait trouver l'endroit auquel pensaient les routiers alors qu'ils étaient en train d'écrire "Pierres". Tentons une expérience.

L'Homme

Mettons-nous tout d'abord à la place de Maki, en train de se demander ce qu'il allait écrire pour nous indiquer de manière détournée l'endroit suivant où serait caché le prochain indice.
"Genette - miam - non non penser scout. Moi faire jeu pour eux. P ... I ... E comme dans Genete mmmmh miam - non non penser scout. Moi faire jeu pour eux. R ... euuuuuuh ... R ... oh tiens un zoziau ! Jeu faire jeu oryx pas content sinon. E ... ...S. Voilà" aurait-il dit avec son petit sourire malicieux de douce satisfaction. Ok ok ça ne nous aide pas. Mais peut-être parce que ce n'est pas lui qui a mis le mot. Peut-être qu'il a délégué pour une fois au lieu de toujours tout faire tout seul !
Imaginons maintenant Oryx : "Bon faut que j'me grouille après j'ai foot, je vais pas perdre mon temps aux scouts pour un jeu débile où il ne faut même pas poursuivre une baballe. Tiens je vais noter PIERRES avec un S ça leur fera les pieds et puis Cariacou n'avait qu'à me répondre pour l'intendance, on dirait qu'il préfère que Valentine vienne plutôt que moi. Déjà que je suis toujours dans l'ombre roussie de Maki. Pierres ouais, c'est bon ça." Certes je ne l'ai jamais vu comme cela manigançant un mauvais coup mais avec tout ce qu'on lui a fait subir, c'est fort probable. Toutefois, si Maki n'a pas pu nous aider, Oryx le peut encore moins.
Faison un petit tour auprès de DaimSuniTarpanZurafa. Oui elles sont toutes ensemble, car, c'est admis et prouvé scientifiquement, qu'elles souffrent toutes de manière aigüe du syndrome du "pipi commun" : jamais une fille n'irait seule à la feuillée hein !! Tandis que Suni "Bon De Vince aurait je pense proposé un syllapse maritime en 5 dimensions avec un jeu de reflet du soleil mais uniquement de 13h à 15h pour leur indiquer l'endroit. Si nous partons sur la même idée en rajoutant une aimentation physique de la partie antépénultième gauche...", Zurafa "lalalalalaaa lalaa lalalala laaaaaaaa". Tarpan rétorquerait elle "Ouais c'é bon pour moi fais comme ça. T'as pas besoin d'aide hein ?". Zurafa pendant ce temps-là "laaaaaa lalalala laaalililalaa". Daim alors aurait pris l'auto, fait quelques tours comme une jeun's pour aller chercher un truc quelque part pouvant servir à machin-chose et aurait conclu "Bien joué les filles. Dommaaaage (ouais je sais ça n'a pas de sens mais j'aime le dire ... dommaaaage)". Et Zurafa, bien plus tard : "Hen on a fini ?! ahahahah oups. lalaaaala laala". Comme on peut le voir, elles nous font tourner en bourrique.
Reste Tangara. L'immigré, l'importé. Maki lui aurait dit de mettre un mot en morse. Imaginez notre homme face au poteau, un crayon dans la main, un bout de feuille dans l'autre, de la corde dans la poche "En morse ? En morse ! ... En morse ... Mais mais. En morse ??? Quel morse ? Où un morse? C't'une blague ?" ... ça chauffe ça chauffe. Et encore, il n'a pas du encore attacher le mot avec un noeud plat !!

La Femme

Bon bon : ce petit exercice n'aura permis que de montrer la face cachée des routiers. Mais nous, qui les connaissons si bien on a quand même jugé utile de se mettre à leur place, et l'on s'est dit finalement : Pierre c'est Faucon !!! Et le S, c'est une faute d'orthographe da ! Ils n'ont certainement pas fait exprès. Et puis tout le monde ne sait pas écrire Pierre correctement. C'est ainsi que nous avons méticuleusement fouillé devant chez Danielle (enfin pas Brumby; ni Jabiru puisqu'il avait préféré aller jouer au foot à Surice plutôt que de venir) : rien. Encore rien, ke"dalle". Nous faisions "fausse route". On s'est même dit Laisse béton Pierres ce sont des calculs surnois d'onryx pour nous laisser de marbre sur le pavé de Rosée. A de-grès divers nous étions au bord de la falaise, et ce pendant bien un quartz d'heure. Nous n'étions pas faits pour une carrière de détective. Quand soudain, l'illumination divine : une idée gemme : Pierres -> Tombales. PIerres tombales, mais oui hahahahha MAIS OUI HAHAHAAHHA MAIS OUIIIIII HAHAHAHAHAHAAH qu'on est bêtes hein !! Et nous vl'a à trotter d'humeur guillerette jusqu'au cimitière pour voir les Pierres tombales, les stèles, ... mais non bien sûr. Vous avez remarqué que l'article est encore long, je n'allais pas quitter si vite ce moellon riche en jeux de mots! Ce n'était pas ça. En plus il y avait un mariage à l'église mais c'est une autre histoire, d'un autre univers où on accepte que la mariée porte un bleu aussi frappant qu'un oeil au beurre noir et que les hommes allient rouges, roses et noirs. Mais c'est une autre histoire.

staff et folle

C'est à partir de là que nous avons commencé à divaguer comme frappés par la chaleur, la difficulté de la tâche.
Ainsi nous sommes arrivés à Paul par deux voies : Pierre appelle Paul; Saint-Pierre et Paul. Saint-Pierre nous amenait quant à lui à Florennes. Mais pas possible de devoir aller si loin. Et puis de toute façon c'est évident, nous recherchons la maison d'un bijoutier à Rosée qui confectionne des Pierres précieuses, voilà notre priorité ! Et si on retournait voir Pierre qui habitait à Rosée : rebelotte, nous voilà devant chez Danielle à fouiner à la recherche d'une piste, avant de redescendre fouiller les tas de cailloux du début. RIen rien rien rien rien rien. Quand soudain c'est apparu comme une évidence : mais "Pierres" c'est l'anagramme de "Prières" ! On prie au monument, à la chapelle, à l'Ave : go go go, on resourit à nouveau en se disant "waaah qu'ils sont bons les routiers, waaah qu'ils sont forts et intelligents les routiers. C'est génial qu'ils nous poussent aussi loin d'en la réflexion, chapeau à eux". Mais il n'y avait rien, même pas de tas de cailloux cette fois-ci. Alors on est retournés vers la salle en se disant encore vexés, râlant "ben oui hein ce n'est pas ça ! Tu les vois toi en train de réfléchir aussi loin ?! Au point de faire des anagrammes ? nonna hein ! Y sont pas capables de ça, cherchons un truc simple comme eux : pas un truc qui demande trop de réflexion".

Louvette

Nous avons ainsi du passer notre premier coup de téléphone qui nous apprit que le mot "Pierres" était un indice à chercher à portée de vue de là où nous avons trouvé le papier. Re-rebelotte on re-redescend là-bas et on fouille pour la 3e fois les tas de Pierres jusqu'à ce que ... Alleluia : l'enveloppe apparaisse. Vous ne m'empêcherez pas de penser qu'il y a de la sorcellerie runique là-dessous.

On s'est regardé, silence pesant en se demandant lequel tirait le groupe vers le bas à ce point-là, puis on s'est tous fait la promesse implicitement-mentalement de ne plus s'égarer et s'évaporer comme ça : dorénavant, on sera consciencieux et on limitera le flux de nos pensées.
Et sur ce, on attaque l'indice suivant de front, avec en tête nos bonnes résolutions. Il disait à peu près ceci : "On dit que j'ai une sale odeur. Mais quand on me goutte je suis plein de saveur. Et je suis le champion pour se débarrasser des cadavres" (ça rimait bien évidemment il n'avait pas fait ça à moitié). Toujours conscient de notre précipitation qui nous a coûté de longues longues demi-heures de surplus et des kilomètres de route supplémentaires, nous avons pris l'énigme comme il le fallait : avec raison, bon sens et intelligence. Voyez vous-mêmes :
Brumby-Manx-Harfang-Toco-Burunduk-Mumak (tous en fait... sauf un !) : mais mais mais mais ouiiii ! C'est les bulles à verre ! C'est là qu'on met les cadavres : cadavres = bouteilles = bouteilles = drôle d'odeur = mais bouteilles = bon goût. Et on a foncé, en ayant oublié nos erreurs lointaines (?) jusqu'aux bulles à verre. Il n'y avait rien mais ça ne faisait aucun doute que nous touchions de près la solution. Et qu'est-ce qui était tout près des bulles à verre et participait de la même "logique" ? Le barbecu sacredieu ! ça a une odeur, ça a bon goût et tout le monde s'est déjà débarassé d'un cadavre dans un barbecue. Brumby-Manx-Harfang-Toco-Burunduk-(Mumak juste pour me prouver que j'avais faux de dire que ça ne pouvait être ça !) ont décidé une fois de plus d'agir sans mon avis éclairé (la conjuration des imbéciles heureux et surtout bouffis de bière/vin et de pains-saucisses pourrait-on croire) : et nous sommes une fois de plus arrivés dans une impasse, celle de l'échec de l'éducation publique. Dans ces moments-là, j'étais finalement heureux que nous ne soyons que 7. Imaginez un peu si dhole avait été lui aussi présent (dhole, c'est un exemple) : ça aurait fait un ennemi de plus à la logique, ils auraient pu monter une "Ligue de Super-Zéros", etc. (et Zurafa toujours: laaalalala laala lalaaaalala)

énigme
badges
Enveloppe

J'en avais assez vu, assez entendu et je ne pouvais pas supporter davantage des remarques comme "c'est cariacou : il pue il pète". Et donc, avec un seul mot, le premier que j'ouvrais depuis le début de la journée, j'ai débloqué la situation : "Cochons". Evidemment.
Ont défilé ensuite encore quelques indices et énigmes mais restons sur cette magistrale déduction pour clôturer.

cochons

Tout cela nous a amené finalement chez Suni, sur le haut-plateau de Rosée, où nous retrouvions les routiers dont il ne restait que les os à force d'avoir attendu sous le soleil de plomb et où nous avons pris rendez-vous pour l'an prochain ! Mais surtout tout cela nous a amené à passer une très agréable journée en bonne compagnie, entre amis. Nous espérons que le plaisir que nous avons pris à participer à cette chouette activité aura suffit aux routiers pour les remercier pour cette belle initiative.

copains
copines
autre

On remet ça !!! -.../../.../---/..-/.../



Documents attachés à cet article



Commentaires

01/07/2015 - 19:34  

Contre contre réclamation

On l'a trouvée à deux on va dire... Et tu as trouvé le papier (tu vois je suis bonne joueuse !)

Cariak: j'avais pas vu la photo de l'article, tu m'as trop fait rire :)

Profil     www.scoutsderosee.be

29/06/2015 - 15:27  

Contre réclamation

Brumby, c'est moi qui ai trouvé la pompe ... ;)

Cari, t'es complètement allumé, mais tu m'as bien fait rire !

Profil    

29/06/2015 - 13:56  

Réclamation

Très bel article même si tu oublies de dire que j'ai également réussi une énigme (si si, la pompe !) mais je te laisse le mérite pour cette fois, je suis bonne joueuse, sur ce je retourne manger des saucisses-miam

Profil     www.scoutsderosee.be

Magicienne

29/06/2015 - 10:43  

Sinon

C'est très chouette :)

Profil     www.scoutsderosee.be

Magicienne

29/06/2015 - 10:38  

Voici un condensé

d'encensement de soi tel que j'en ai rarement vu

Après, tu t'étonnes que personne ne te fasse de compliments... Tu t'en sors très bien tout seul!

Mais j'admets qu'on ne peut que saluer l'aspect imaginatif de ton article.

Profil     www.scoutsderosee.be


Laissez-nous un commentaire sur cette page

Saisissez le code suivant